LES ACTUALITÉS CARROSS

  1. Le web au secours
  2. Maîtriser les coûts
  3. Innover
  4. Restaurer les marges
  5. Agrément d’assurance
  6. Agrément d’assurance
  7. Outillage de base
  8. Outils de ponçage
  9. Pistolets à air comprimé
  10. Dossier – Les défauts de peinture
  11. Défauts d’apprêts
  12. Défauts de peinture
  13. Défauts de vernis
Article Agrément d’assurance
17/10/2016

L’agrément d’assurance : Passage obligé.

Quel professionnel n’a jamais rêvé de s’assurer un flux de clients régulier au quotidien ? Quel chef d’entreprise n’est pas à la recherche de la formule magique capable de faire tourner son atelier à plein régime pour rentabiliser ses investissements ? Quel gérant repousserait la certitude de facturer des prestations à des tarifs garantis ? Dans le secteur de la carrosserie automobile, l’agrément d’assurance s’impose comme la réponse à ces trois questions.
rayure carrosserie Il suffit de se rendre sur les forums spécialisés pour constater que les carrossiers sont nombreux à rechercher ces partenariats avec les assureurs automobiles pour qu’ils orientent leurs clients vers leurs cabines de peinture. En cas de sinistre, les compagnies dirigent leurs assurés vers leur réseau de professionnels agréés. La compagnie d’assurance règle directement le carrossier automobile selon une grille tarifaire définie dans l’agrément. L’assuré est évidemment libre de choisir un autre prestataire mais l’absence d’avance de frais limite fortement le phénomène. Sur le principe, le système est comparable à celui de l’assurance maladie, entre complémentaires-santé et médecins traitants. Il est donc beaucoup plus simple et économique pour les automobilistes de confier leur véhicule à un carrossier agréé par leur assureur que de se tourner vers un professionnel indépendant.

Comme le rappelle le dossier de l’argus de l’assurance sur les relations entre les réparateurs, les assureurs et les experts automobiles, l’essentiel des sinistres en carrosserie sont orientés par les sociétés d’assurance vers les ateliers agréés. Malgré les récentes évolutions législatives, les automobilistes ne s’impliquent plus dans la sélection des prestataires en charge de leur véhicule. Dès 2007, pas moins de 7 carrossiers sur 10 étaient déjà agréés. Parmi eux, 3 sur 10 étaient des indépendants. À l’heure de l’Internet mobile, les consommateurs veulent pouvoir gérer leur quotidien en quelques clics. Celle d’un sinistre auto s’inscrit dans cette tendance et l’assureur devient l’interlocuteur unique de l’automobiliste dans ce domaine. La proportion de professionnels agréés ne peut donc qu’augmenter.
cabine Luxia D’autant plus qu’a priori, obtenir un agrément s’avère simple. Il suffit d’en faire la demande par courrier. Les modèles de lettre ne manquent pas sur le web. En retour vous recevez un dossier à compléter. Toutefois, s’il fallait auparavant envoyer un dossier complet à chaque compagnie d’assurance et de solliciter les différentes mutuelles du secteur, la récente concentration du secteur a réduit le nombre de services à contacter.

Dans tous les cas, le carrossier candidat devra accepter les règles imposées par les assureurs en matière de traitement des automobilistes sinistrés. Il sera généralement nécessaire d’investir dans les solutions de gestion dématérialisée des sinistres comme celles proposées par exemple par Sidexa, incluant des applications permettant l’expertise à distance (E.A.D.) et des outils de chiffrage des réparations en ligne ou les sites et logiciels certifiés par Darva.
Il se verra également dans l’obligation de satisfaire à certaines contraintes techniques en matière de capacité d’accueil et de services proposés aux assurés comme, par exemple, la mise à disposition d’un véhicule de courtoisie. C’est aujourd’hui la norme. La nouveauté réside dans l’agrément des fournisseurs auprès desquels les professionnels de la réparation devront s’approvisionner pour leurs pièces et leurs consommables, y compris pour l’activité carrosserie.

Vous cochez toutes les cases ? Foncez !
Mais pas trop vite non plus : quelques mois voire plus d’une année sont souvent nécessaires pour obtenir le précieux sésame. Il va donc falloir vous armer de patience avant de transformer les sociétés d’assurance en apporteur d’affaire pour votre atelier.